| | | |

Vers un programme de recherche commun sur les infections

Maladies chroniques associées : un atelier pour examiner les facteurs cliniques et biologiques courants qui se chevauchent !

Peter Daszak, chare du Forum sur les menaces microbiennes, donne une présentation aux Académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine.

En juin 2023, les Académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine des États-Unis [NASEM] a tenu un forum de deux jours que beaucoup d’entre nous espéraient depuis longtemps.1 La médecine a un énorme problème avec les silos, où le diagnostic peut dépendre de la lentille que le médecin spécialiste utilise. La préoccupation actuelle pour la LONGUE COVID souligne une reconnaissance croissante des maladies chroniques qui semblent provenir de maladies infectieuses. 2

Les infections peuvent être différentes, mais elles partagent des voies communes.

Ce problème de santé publique négligé et croissant comprend souvent des antécédents patients d’infection par des agents pathogènes viraux ou bactériens suivis de symptômes durables et souvent débilitants, y compris une fatigue sévère, une déficience cognitive et un dysfonctionnement multiviscéral.

Voici des exemples de maladies chroniques associées à l’infection :

  • Covid long ou séquelles post-aiguës de COVID-19 : Entre 10 et 30% des patients infectés par le SRAS-CoV-2 développent des symptômes chroniques qui conduisent à un diagnostic de COVID long. On estime à 1,4 million le nombre de Canadiens touchés [May 2023]
  • Encéphalomyélite myalgique/maladie de fatigue chronique (EM/SFC) : L’apparition de l’EM/SFC est souvent associée à un épisode infectieux antérieur non identifié. Environ 600 000 Canadiens reçoivent un diagnostic d’EM/SFC et présentent des symptômes chroniques multiviscérals.
  • Maladie de Lyme persistante ou post-traitement : Entre 10-30% des patients atteints de la maladie de Lyme développent des symptômes persistants et débilitants après un traitement antibiotique standard. On s’accorde à dire que les cas sont largement sous-détectés au Canada et que vous pouvez multiplier en toute sécurité le nombre qu’ils vous donnent par 10 tout en sous-estimant l’incidence réelle de la maladie.
  • Sclérose en plaques : Plus de 90 000 Canadiens vivent avec la SP. Le Canada a l’un des taux les plus élevés de SP et l’un des taux les plus bas de la maladie de Lyme. Étant donné que la SEP ressemble souvent à Lyme, la communauté de Lyme aimerait avoir de meilleurs tests qui peuvent détecter Borrelia à tous les stades de la maladie.

En plus de l’impact physique débilitant sur les patients, les maladies chroniques présentent des impacts sociétaux plus larges qui privent les gens du travail, de l’école et peuvent les mettre sur l’aide sociale.

Compte tenu de la similitude dans les symptômes chroniques parmi covid long, syndrome persistant de la maladie de Lyme, ME / SFC, sclérose en plaques et d’autres conditions, il n’est pas surprenant de trouver des similitudes dans les principales hypothèses pour l’explication de ces maladies ; p. ex. persistance de l’agent pathogène ou de l’antigène, dérégulation de la réponse immunitaire, altération de la fonction neurologique et altération de la composition et de l’activité du microbiome. Les chercheurs qui étudient différentes maladies chroniques associées aux infections font face à des défis courants dans l’identification des biomarqueurs de la maladie et l’élaboration d’options diagnostiques et thérapeutiques. En plus de cet atelier, d’autres activités des Académies nationales portent sur l’importance des maladies chroniques associées à l’infection.

Footnotes

  1. En savoir plus sur la conférence NASEM.
  2. En savoir plus sur le contexte et le comité de planification

Stay safe in the outdoors

Your support can change lives

Get our news and updates by email

A lire également